Blog The Ark

Médias sociaux: ne pas s’y lancer tête baissée!

par Valentine Fournier - 20.01.2012

Les entreprises ne doivent pas se précipiter dans le web social. La démarche doit être réfléchie et organisée, sur la base d’une stratégie bâtie en fonction des clients, des besoins et des objectifs. C’est la conviction d’Olivier Tripet, consultant et iStock_000016892985XSmallprésident de la Swiss Community Managers Association. Pour ce dernier, il est ainsi primordial d’intégrer à part entière les médias sociaux dans la stratégie marketing  des entreprises. Ne serait-ce que pour pouvoir utiliser ce puissant outil de bouche-à-oreille.

Un important changement a eu lieu sur internet dans les années 2004-2005, avec l’apparition de Facebook et de Twitter. « Une nouvelle ère, celle du web social, a alors débuté », selon Olivier Tripet. Le web social a apporté la possibilité pour tout le monde de se connecter avec les autres. « Cela n’a l’air de rien, mais c’était un changement fondamental à l’époque ».

25% du contenu généré par les utilisateurs
Auparavant, c’était les machines qui étaient connectées entre elles. Avec le web social, ce sont maintenant les personnes. C’est dans ce contexte que sont progressivement apparues les communautés, formées d’individus qui partagent un intérêt commun.

« Cette nouvelle approche a bouleversé pas mal de choses pour les entreprises et les marques », remarque Olivier Tripet. Les utilisateurs ne font pas que de se connecter, mais ils publient du contenu, qui est répertorié sur les moteurs de recherche. « Ainsi, en moyenne, pour chaque résultat sur un moteur de recherche, un quart des contenus sont maintenant générés par les utilisateurs eux-mêmes via leurs commentaires sur les médias sociaux ».

Valoriser l’internaute
Le web social est donc un outil très puissant de bouche-à-oreille. Il faut savoir que chaque utilisateur de Facebook a par exemple une moyenne de 195 amis. Les messages publiés et échangés entre les consommateurs – et non plus uniquement ceux que l’entreprise donne à ses clients – vont faire la différence pour une marque ou une entreprise.

Sur les réseaux sociaux, la communication est, paradoxalement, extrêmement humaine : cela n’a rien à voir avec la communication institutionnelle, selon Olivier Tripet.  La notion de « temps réel » est par exemple centrale. Les utilisateurs attendent également beaucoup plus de personnalisation, d’attention et de reconnaissance de la part des marques. « Ces dernières doivent donc être à l’écoute, adopter un ton plus personnel et valoriser l’internaute ».

Gérer soit même les réseaux sociaux
Bien qu’il n’existe encore que très peu de spécialistes des médias sociaux, la gestion d’une communauté web est un vrai métier, dont les tâches principales sont d’animer mais également de modérer, de créer du contenu ou encore de faire de la médiation. Selon Olivier Tripet, il est mieux de ne pas externaliser la gestion des réseaux sociaux, car cela risque de nuire à la personnalisation. Il ne faut pas hésiter à se faire aider au début (formation, mise en place de la stratégie), avant de gérer cela en interne.  « Qui est meilleur que vous pour parler de votre entreprise ? Personne », conclut Olivier Tripet.

Propos recueillis lors du Swiss Internet Marketing Day, 19.01.2012, Fribourg


  • Share/Bookmark

→ 5 commentairesCatégorie(s) : Actualités

5 réponses pour le moment ↓

  • 1 Olivier Tripet // 20 January 2012 à 11:02 am

    Merci pour ce résumé et content que le message soit bien passé!

  • 2 Valentine Buccarello // 24 January 2012 à 2:48 pm

    Merci à vous pour les messages clairs diffusés! D’autres articles suivront ces prochaines semaines, toujours sur le thème des réseaux sociaux.

  • 3 Valérie Sanchez // 24 January 2012 à 10:45 pm

    Complètement d’accord avec le fait de gérer en interne l’image de son entreprise sur internet (réseaux sociaux compris), mais comment une entreprise moyenne peut elle rentabiliser le poste de community manager ? Les résultats ne sont parfois toujours quantifiables financièrement…

  • 4 Valentine Buccarello // 27 January 2012 à 2:20 pm

    Bonjour Valérie,
    Merci pour votre message. La question de la “rentabilité” des réseaux sociaux et des métiers liés est effectivement très intéressante. Malheureusement, cette approche n’a pas été traitée en détail lors du Swiss Marketing Day. Si nous trouvons des informations à ce sujet, nous ne manquerons pas de les diffuser sur ce blog!

  • 5 Valérie Sanchez // 28 January 2012 à 8:13 am

    Merci !
    je serai là pour les lire !

Laisser un commentaire

Envoyer

Powered by WP Hashcash