Blog The Ark

RedElec s’attaque aux micropolluants

par Valentine Fournier - 02.04.2012

micropolluantsLa start-up RedElec, qui développe notamment un procédé innovant pour teinter les tissus de jean en préservant mieux l’environnement, se diversifie. Elle se lance dans un projet ambitieux de traitement des eaux. Sa technologie, basée sur l’oxydation avancée, permet l’élimination des micropolluants. Un projet-pilote est en cours. RedElec, issue de l’Incubateur The Ark, est basée actuellement à Riddes. 

 

Solution de traitement des micropolluants

L’industrialisation de notre société a conduit à l’apparition dans l’environnement de micropolluants, qui entraînent une contamination chez les êtres vivants. Parmi les polluants couramment décelés dans les rejets industriels et urbains, se trouvent des hormones et dérivés hormonaux, des antibiotiques ou encore des produits cosmétiques. Ces derniers échappent pour la plupart aux traitements classiques des eaux usées. La présence de ces polluants dans l’environnement constitue un sujet de préoccupation important.

« Fort de son expérience pour le développement de procédés électrochimiques au niveau industriel, RedElec a décidé de développer une installation d’électrolyse industrielle permettant d’éliminer par électro-fenton ces micropolluants», précise le directeur David Crettenand. Le procédé électro-fenton est un procédé d’oxydation avancée (POA) permettant d’éliminer efficacement les  polluants organiques.

Différents débouchés, des communes aux industries 

Cette technologie intéressera en premier lieu les industries chimiques et les municipalités concernées par le traitement des effluents ménagers et agricoles. Un intérêt existe également pour le traitement des eaux d’aquaculture renvoyées dans l’environnement. Ces dernières contiennent une certaine quantité de produits vétérinaires liés au traitement préventif de maladies.

« Dans une deuxième phase de développement, l’utilisation du procédé pourra être élargie. Elle pourra par exemple concerner le traitement en sortie de station d’épuration ou l’élimination à la source de déchets problématiques, tels que les médicaments, avec la commercialisation de petites installations décentralisées placées chez les collectivités ou les particuliers », souligne David Crettenand.

Faible coût d’investissement 

Le procédé développé par RedElec dispose de sérieux avantages par rapport aux technologies concurrentes. On peut notamment citer son faible coût d’investissement et de fonctionnement, ainsi que le fait que les réactifs oxydants nécessaires au traitement de l’eau sont produits directement sur place. Cela évite toute manipulation et transport dangereux.

En laboratoire, RedElec a effectué un développement extrêmement prometteur. « Les résultats et performances obtenus sont supérieurs à ce qui est décrit dans la litérature », selon David Crettenand. Un marché prometteur semble donc s’ouvrir pour la jeune société valaisanne, qui va mettre rapidement en place une première installation pilote.

 

Infos complémentaires : www.redelec.ch
Source : communiqué RedElec
Crédit photo : http://www.plusbellematerre.com/


  • Share/Bookmark

→ Pas de commentaireCatégorie(s) : Actualités

0 réponse pour le moment ↓

  • Il n'y a pas encore de commentaire mais le formulaire ci dessous vous tend les bras....

Laisser un commentaire

Envoyer

Powered by WP Hashcash