Blog The Ark

Le Valais se profile toujours plus dans la minihydraulique

par Cédric Luisier - 23.11.2012

hydroProduire de l’électricité en utilisant le réseau d’eau potable. Une idée pas vraiment nouvelle en Valais où la minihydraulique est de plus en plus utilisée. La HES-SO Valais, l’EPFL et la Fondation The Ark ont cependant décidé d’aller plus loin, comme le précise le Nouvelliste sous la plume de David Vaquin.


«Sur un réseau d’eau, la pression doit bien souvent être réduite entre le réservoir et le robinet. Cette réduction se fait au moyen de vannes et l’énergie est perdue. Nous avons donc eu l’idée de créer une miniturbine avec un système contrarotatif qui permet de diminuer la pression d’eau tout en produisant de l’électricité. C’est un système très simple et totalement novateur», précise Cécile Münch, professeure à la HES-SO Valais et directrice de recherche.

Cette innovation a été présentée hier en même temps qu’un tout nouveau banc d’essai hydraulique réalisé lui aussi grâce au travail de plusieurs partenaires: la HES-SO et l’entreprise Fluid Automation System qui a donné un banc hydraulique que les ingénieurs ont pu modifier et compléter. Ce nouvel outil de travail ouvre de nombreuses possibilités comme l’explique Cécile Münch: «Actuellement, il y a relativement peu de moyens consacrés à la recherche et au développement de la minihydraulique. Ce nouveau banc va nous permettre de passer la deuxième vitesse. Il sera très utile pour les entreprises qui développent des pompes, des turbines, des vannes ou d’autres éléments hydrauliques.»

Le campus en ligne de mire
Ce banc d’essai, assemblage compliqué de tubes, tuyaux, réservoir et autres cadrans est aussi le début d’une collaboration entre la HES-SO Valais et l’EPFL qui devrait amener à la création du campus à Sion grâce aussi à la politique énergétique mise en place par le canton. «Ce banc d’essai représente ce que nous essayons de construire: une chaîne de valeur ajoutée. L‘EPFL se charge de la recherche fondamentale, la HES de la recherche appliquée et du développement et The Ark s’occupe de la valorisation auprès des entreprises. De plus, le domaine de l’hydroélectricité est extrêmement porteur en Valais. Nous sommes pile dans la cible. Ce premier essai a été parfaitement réussi et il nous permet d’entrevoir sereinement la suite», conclut François Seppey, le directeur de la HES-SO Valais.

Source: article du Nouvelliste du 21.11.2012, par David Vaquin


  • Share/Bookmark

→ Pas de commentaireCatégorie(s) : Actualités

0 réponse pour le moment ↓

  • Il n'y a pas encore de commentaire mais le formulaire ci dessous vous tend les bras....

Laisser un commentaire

Envoyer

Powered by WP Hashcash