Blog The Ark

Le bouclement comptable, une corvée? Non, un outil pour les entrepreneurs!

par Cédric Luisier - 07.12.2012

DSCN0267lowLe bouclement des comptes est souvent perçu comme une corvée. C’est au contraire un outil précieux au service des entrepreneurs. D’autant qu’en Suisse et en Valais, la marge de manœuvre est importante dans ce domaine. Telles sont les convictions de Sébastien Morisod, associé auprès de la fiduciaire Künzle à Monthey. Ce dernier s’est exprimé vendredi lors de la Rencontre de l’Incubateur The Ark, organisée au BioArk.

La Suisse disposera d’un nouveau droit comptable dès le 1er janvier. « La montagne a visiblement accouché d’une souris, du moins pour les PME ; au final, pas grand-chose ne changera », selon Sébastien Morisod. Une chose est sûre pourtant : les entreprises devront toujours boucler leurs comptes.

Bouclement comptable, pour mieux comprendre son entreprise
Le bouclement comptable reste une obligation légale, fiscale voire statutaire. Il permet surtout à un entrepreneur de savoir comment va son entreprise et de mieux la connaître. « Un bouclement comptable peut mettre en avant certaines lacunes, par exemple lorsque l’on constate une hausse importante de certains frais dans un domaine précis », note Sébastien Morisod. Le bouclement permet aussi de se comparer aux autres entreprises. Les comptes annuels révisés sont également un bon moyen de prouver la bonne santé de son entreprise.

Toutefois, suivant les destinataires de l’information et les messages que l’on veut faire passer, la manière de boucler les comptes peut varier. Si l’on s’adresse aux autorités fiscales, l’entrepreneur aura tendance à mettre l’accent sur différents éléments, qui ne seront pas identiques lorsque l’on présente des comptes à des investisseurs potentiels…

Principe de prudence
D’où l’importance de boucler au mieux ses comptes en profitant des normes comptables relativement larges dont dispose la Suisse. « La base des normes comptables helvétique reste le principe de prudence. L’entrepreneur a le droit d’être pessimiste lors de ses évaluations comptables ». Il est ainsi possible de faire des réserves latentes, c’est-à-dire des estimations en-dessous des valeurs réelles.

Une marge de manœuvre existe également lors de l’évaluation des stocks, des travaux en cours. « Ce sont des postes difficiles à estimer. Il y a un travail d’inventaire à faire par l’entrepreneur ».

Pas de vérité exacte
La loi fiscale valaisanne permet des amortissements immédiats, mais uniquement la première année. Cela peut être très pratique, notamment lorsque le bénéfice attendu en fin d’année est supérieur aux prévisions.  Il est également possible de faire des provisions pour un grand nombre d’éléments, notamment les obligations de garantie, un risque de procès, des restructurations à venir ou encore des investissements futurs.  Par contre, il n’est plus possible de faire des provisions en prévision d’une crise économique potentielle.

« Il n’y a pas de vérité exacte dans le bouclement des comptes », avoue Sébastien Morisod. Les entrepreneurs doivent ainsi actionner ce levier.

Propos recueillis le 7 décembre 2012.


  • Share/Bookmark

→ Pas de commentaireCatégorie(s) : Actualités

0 réponse pour le moment ↓

  • Il n'y a pas encore de commentaire mais le formulaire ci dessous vous tend les bras....

Laisser un commentaire

Envoyer

Powered by WP Hashcash