Blog The Ark

BioArk Viège : une plateforme profitable à tout le Valais

par Marketing The Ark - 13.12.2013

PaulAndre_Vogel_webLe 26 novembre dernier, l’assemblée primaire de la commune de Viège acceptait de soutenir le projet BioArk Viège. Elle financera cette nouvelle plateforme – dont l’inauguration est prévue en 2015 – à hauteur de trois millions de francs sur 15 ans. Dans une interview au site 1815.ch, Paul-André Vogel, directeur de CimArk et responsable du service Innovation de la Fondation The Ark, a accepté de dévoiler les premiers détails du projet. Interview…
 

Paul-André Vogel, en quoi des investissements dans les domaines de la chimie, de la pharma et de la biotechnologie sont-ils nécessaires pour Viège?
Les secteurs d’activités que vous citez sont centraux pour l’économie valaisanne. Ils représentent à eux seuls plus de 6’000 places de travail et environ un huitième du PIB cantonal. Il est donc important de s’en soucier. La lutte pour davantage d’emplois et pour une production à forte valeur ajoutée est un travail quotidien. Pour le site de Viège, la présence sur place d’un nouveau centre de formation et le développement de nouvelles technologies peuvent être un atout crucial.

Comment la nouvelle plateforme BioArk renforcera-t-elle le site de Viège?
Grâce à BioArk Viège, les compétences-clés, la formation, la technologie, le soutien à l’innovation et les entreprises seront réunis sous un même toit. Pour ce faire, un nouveau bâtiment verra le jour. Il accueillera notamment l’école professionnelle de laborantins en chimie et en biologie, une plateforme technologique nationale de «Fill-and-Finish», un incubateur de start-up ainsi que des entreprises du domaine des sciences de la vie.

Fill-and-Finish? Expliquez-moi ce que cela veut dire…
Le Fill-and-Finish désigne la dernière étape de production d’ingrédients et de médicaments. Il s’agit de réaliser le conditionnement des produits finaux en flacons, seringues ainsi que leur emballage. C’est une opération délicate et ces compétences n’existent pour l’heure pas en Suisse. Avec ce projet, Viège s’assure un avantage dans l’optique de son développement futur. De manière générale, grâce à cette plateforme, le Valais sera à même d’offrir l’ensemble de la chaîne de valeur du domaine, de la recherche au produit fini.

Existe-t-il déjà un planning concret pour le bâtiment?
En étroite collaboration avec Lonza, nous avons évalué plusieurs sites et variantes. A mi-décembre, le site définitif sera décidé, d’entente avec Lonza. Les travaux débuteront au printemps 2014. Le but est qu’à mi-2015, l’école de laborantins et la plateforme technologique débutent leurs activités dans le nouveau bâtiment.

Si l’on imagine les détails du projet…
BioArk Viège devra être un terreau fertile pour le développement d’innovations et d’un esprit entrepreneurial. Pour que la mise en œuvre soit réussie, nous aurons besoin de gens. Et nous souhaitons que ces personnes soient réunies sous un même toit. Toutefois, ce n’est pas le bâtiment qui est important, mais plutôt la valeur ajoutée que chacun pourra apporter. Un espace et des infrastructures communes seront nécessaires. Sur les trois étages et un total de 2’250 mètres carrés, nous en consacrerons un à la formation, pour laquelle nous devrons construire rapidement de nouveaux laboratoires. Un autre étage servira au soutien aux jeunes entrepreneurs (start-up) et aux PME innovantes. Enfin, le dernier étage sera occupé par la plateforme de Fill-and-Finish.

Combien coûtera le projet et comment sera-t-il financé?
BioArk Viège est issu d’un partenariat entre la commune de Viège, le canton du Valais, Lonza, la Fondation The Ark et des acteurs issus de l’économie privée. Le modèle financier se calque sur les sites technologiques déjà existants de la Fondation The Ark, notamment à Sierre, Monthey et Conthey. Le coût total du bâtiment de BioArk Viège avoisinera 12 millions de francs. Le canton du Valais, par le biais du Campus EPFL Valais-Wallis, prendra six millions à sa charge, dont la moitié en subventionnement. Les six millions restants seront notamment financés par des prêts bancaires. En plus de l’investissement de base, un équipement complémentaire devra être développé sur le site (laboratoires, installations de production). L’investissement total devrait ainsi atteindre 20 millions de francs.
 
Quel rôle pour la commune de Viège dans ce projet?
Les activités principales de la Fondation The Ark sont les projets d’innovation avec les entreprises de tout le canton. Celles-ci sont ancrées sur le terrain grâce aux sites technologiques. Dans ce contexte, les communes ont un rôle important à jouer et travaillent en étroite collaboration avec The Ark. Dans le cas précis, la commune de Viège s’est par exemple portée garante du prêt sans intérêt de 3 millions de francs octroyé par le canton. Elle est en outre actionnaire majoritaire de BioArk Viège SA (80% du capital-actions). Les 20% restants sont en mains de la Fondation The Ark. A côté de cet engagement purement financier, la commune apporte un soutien et une vision avant-gardiste très importante pour le projet. Son engagement est un signe positif très fort à l’économie et pour l’économie.
  

Propos recueillis par le site 1815.ch
Adaptation en français : Fondation The Ark


  • Share/Bookmark

→ Pas de commentaireCatégorie(s) : Actualités

0 réponse pour le moment ↓

  • Il n'y a pas encore de commentaire mais le formulaire ci dessous vous tend les bras....

Laisser un commentaire

Envoyer

Powered by WP Hashcash