Home

19.09.2017

Facebook, incontournable pour les PME ?

160'000 Valaisans utilisent régulièrement Facebook. Ce chiffre est supérieur aux audiences des principaux médias valaisans. Dès lors, est-ce qu’une PME peut se passer de ce réseau social ? Non, mais à condition de savoir exactement ce qu’on vient y faire, précise Didier Mazier, auteur de nombreux livres sur le sujet. Ce dernier était récemment à Sierre pour une conférence organisée par le Club de com du Valais et Boomerang Marketing.


« Aujourd’hui, Facebook est un média à part entière, et même un média dominant ». Didier Mazier a illustré cet état de fait par quelques chiffres édifiants (pour le marché français) :

  • En 2015, le temps moyen passé sur Facebook était de 6h45 par mois
  • Les utilisateurs se connectent 14 fois par jour en moyenne
  • 48% des 18-34 ans se connectent dès le réveil
  • 46% des utilisateurs utilisent Facebook pendant qu’ils font leur shopping, 47% pendant qu’ils préparent à manger ou font du sport.

Le business model de Facebook est simple : il repose entièrement sur la publicité ». Cette publicité est ciblée. Contrairement aux médias traditionnels, l’affinité entre les utilisateurs et les publicités est très forte. Cela s’explique par les bases de données créées par Facebook, selon l’utilisation faite.

 

Que recherchent les utilisateurs ?
Selon Didier Mazier, les utilisateurs de Facebook recherchent avant tout :
•    à se connecter avec leur entourage proche (généralement dans le cadre de leur sphère privée)
•    à s’exprimer, publier des photos, des vidéos, afin que leur voix soit entendue
•    à se divertir et à rigoler.

 

Comment intégrer cela dans un plan marketing global ?  
Fort de ces constats de base, une PME peut s’afficher sur Facebook, mais seulement après avoir réalisé un ciblage très précis de la clientèle visée. « Cela permettra d’avoir des contenus qui entrent en résonnance avec les utilisateurs », rappelle Didier Mazier.
L’entreprise qui se lance sur Facebook doit également avoir une proposition de valeur très claire, qui permet de se différencier des autres. « Cela évite d’être noyé dans le flux ». Enfin, avant de se lancer, il faut faire un inventaire des contenus, des informations pertinentes que l’on pourrait partager. « Cet aspect est très important. Il va déterminer la façon de s’afficher sur Facebook ».


 
Ma PME doit-elle se lancer ?
Certains disent qu’il faut faire une distinction entre les PME qui font du B2B (Business vers d’autres entreprises) et du B2C (vers des clients privés). Didier Mazier n’est pas de cet avis. « Il faut avant tout savoir ce que l’on veut faire sur Facebook. On va s’adresser, quoi qu’il arrive, à des humains ».
Ainsi, sur l'une de ses pages Facebook, l’Oréal a décidé de communiquer uniquement sur des domaines ayant trait aux ressources humaines et au recrutement, avec les jeunes diplômés comme cible. Pour certaines autres marques, Facebook n’est qu’un relais de communication supplémentaire. Le réseau créé par Mark Zuckerberg est aussi destiné aux PME. « Si on sait ce que l’on va y faire, il y a de la place pour tout le monde. Il faut cependant une stratégie claire, avec des indicatifs de performance. Et surtout pas y aller pour y aller », conclut Didier Mazier.

Propos recueillis le 6 septembre au TechnoArk de Sierre

 

comments powered by Disqus
Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark