Home

20.02.2018

La voiture volante : bientôt une réalité grâce à la start-up valaisanne H55 ?

H55

La start-up valaisanne H55 se donne les moyens de révolutionner le monde de l’aviation, en préparant notamment des voitures volantes ou des avions à décollage et atterrissage verticaux. Créée notamment pour valoriser les technologies de Solar Impulse, la jeune pousse vient de boucler un tour de financement avec la société d’investissement NanoDimension, basée dans la Silicon Valley et en Suisse. Ce qui lui permettra d’avoir les moyens de ses ambitions. C’est ce que viennent d’annoncer les fondateurs de la start-up, parmi lesquels André Borschberg. 

H55, basée à Sion et soutenue par la Fondation The Ark, s’est donné pour mission de fournir des solutions de propulsion électrique et des systèmes de management de batteries pour l’industrie de l’aviation. Mais aussi de développer des projets novateurs et visionnaires, comme des drones, des avions de transport ou encore des voitures volantes. Des transports aériens silencieux, propres, sûrs et abordables : c’est ce que vise la start-up. Elle est d’ailleurs persuadée que la propulsion électrique résoudra un grand nombre de problèmes auxquels est confrontée l’aviation aujourd’hui.

 

Décollage vertical 
« Le transport aérien électrique améliorera drastiquement la façon dont nous vivons et nous déplaçons », note André Borschberg. « De nouveaux concepts, possibles uniquement grâce à la propulsion électrique, permettront bientôt aux avions de décoller et d’atterrir verticalement. Imaginez : vous montez au sommet d’un immeuble pour prendre votre avion électrique et 10 minutes plus tard, vous êtes déposé à l’autre bout de la ville, sans impact sur l’environnement et à un prix au kilomètre de celui d’une voiture ! ». 

L’investissement consenti par NanoDimension dans H55 est une reconnaissance importante pour le savoir-faire suisse en matière d’innovation et d’ingénierie. D’autant que la jeune pousse valaisanne est bien positionnée pour participer à la prochaine révolution de l’aviation. 
 


« Impressionné et convaincu »
« Avec Solar Impulse, André Borschberg a volé au-dessus de New York, Shanghai et le Pacifique. Les instances de l’aviation lui font confiance », souligne Aymeric Sallin, CEO de NanoDimension. « Dès que j’ai vu aEro1, le premier avion électrique de H55, j’ai été tout de suite impressionné et convaincu », ajoute-t-il.  

De son côté, l’ancien président de l’EPFL Patrick Aebischer, qui a rejoint NanoDimension en 2017, voit dans H55 une pierre importante à l’édifice du « hub » technologique suisse. « L’innovation permet non seulement de développer de nouvelles technologies, mais aussi de garder un esprit de pionnier. Sur la base de l’héritage de Solar Impulse, H55 a l’ADN nécessaire pour amener l’aviation vers une nouvelle ère », précise-t-il. 

 

Second avion en préparation
H55 a été fondée en 2017 à Sion par André Borschberg (CEO), Sébastien Demont (CTO) et Grégory Blatt (Business Development). Grâce au soutien de l’Office fédéral de l’aviation civile et de la Fondation The Ark, la start-up a déjà développé son premier avion de voltige électrique, disposant d’une autonomie de plus d’une heure. Elle travaille maintenant sur son second avion, capable de voler durant deux heures. Les premiers tests débuteront cet été.   

 

Source : communiqué de presse H55

comments powered by Disqus
Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark