Home

12.06.2017

Les technologies cognitives, pour gagner en efficacité dans le monde médical

Gagner en efficacité et se concentrer sur les tâches liées aux soins du patient : c’est ce que permettent les technologies cognitives. Ces dernières constituent un pan non négligeable de la santé digitale et sont amenées à se développer fortement dans les années à venir, selon Jérôme de Nomazy, Senior Consultant chez IBM Suisse. Ce dernier s’exprimait dans le cadre de la journée E-health des 8 et 9 juin derniers, organisée par la Fondation The Ark.


La capacité de calcul via l’informatique se développe de manière exponentielle, tout comme la vitesse de transmission des données. Cela permet de proposer des services facilement, sans lourdes infrastructures. « Il est aujourd’hui facile de collecter et d’accéder aux données », selon Jérôme de Nomazy.  


Les technologies cognitives, qui sont à la base de l’outil Watson développé depuis de nombreuses années par IBM, profitent de ces évolutions technologiques pour émerger de plus en plus, et notamment dans le domaine de la santé.  

 

Que sont capables de faire les technologies cognitives ?

  1. Comprendre des textes, des images, des sons. La compréhension est une capacité majeure. « C’est surtout un élément clé pour la gestion de la connaissance ».
  2. Raisonner, en fonction de différents critères, avant de prendre une décision. Ce mécanisme de raisonnement est en place désormais.
  3. Apprendre. L’informatique est maintenant capable d’apprendre, via un entraînement et un corpus de données. « On n’est plus dans la simple programmation désormais ».

Grâce aux machines, il est donc désormais possible, en quelques secondes, de lire des montagnes de documents et d’en ressortir les éléments utiles à une personne en particulier. IBM utilise cela dans de nombreuses applications de par le monde.

 

Exemples concrets
Jérôme de Nomazy a donné quelques exemples concrets qui touchent au domaine de la santé :

  1. La clinique allemande Rhôn-Klinikum travaille sur des maladies rares. IBM leur permet d’analyser rapidement une masse de documents, et ainsi aider les médecins à accompagner des patients. « Ce sont des projets longs. C’est facile de faire, mais c’est long de bien faire dans ce domaine. On ne peut pas enseigner en quelques mois à une machine ».
  2. Watson for Oncology a pour objectif de proposer des traitements à des patients atteints de cancer, en « fouillant » dans des études cliniques et d’autres documents. Des évidences sont proposées et les nouvelles études sont prises en compte au fur et à mesure. « Une seconde opinion « médicale » peut ainsi être donnée en 15 secondes ». Le système fonctionne bien, car il a été entraîné par des oncologues durant des centaines d’heures.  
  3. IBM Watson Imaging Clinical Review : cet outil, lui aussi basé sur les technologies cognitives, aide les radiologues en apportant toute l’information dans le contexte du patient. Le programme informatique leur montre les éventuels manques ou incohérences sur une radiographie.

Toutes ces approches vont permettre aux professionnels de santé de se concentrer sur le métier médical. Cela permet un gain d’efficacité.


Propos recueillis le 8 juin 2017 lors de la journée e-Health, au TechnoArk de Sierre


A lire aussi : La réalité virtuelle, utile et appréciée des médecins et des patients

comments powered by Disqus
Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark