Home

12.09.2017

Nouvelle étape pour Mimotec, l'étoile valaisanne de la micromécanique

Fabrication de micropièces horlogères par l'entreprise Mimotec.

Mimotec, soutenue par différents projets d'innovation de la Fondation The Ark, vient d'être rachetée par le groupe horloger jurassien Acrotec. Une success story à la hauteur de la capacité d'innovation industrielle et technologique du canton du Valais.

Presque 20 ans après son établissement à Sion, Mimotec vient de changer de main et rejoint le groupe horloger jurassien Acrotec. L'entreprise valaisanne est spécialisée dans la production de micromoules et microcomposants, notamment pour l'horlogerie. Hubert Lorenz, un des fondateurs et actuel directeur a expliqué au PME Magazine cette nouvelle étape: "Nous allons consolider la société dans le domaine de l'horlogerie. Les équipes actuelles et le management vont rester en place à Sion. Comme Acrotec réalise 50 % de son chiffre d'affaires en dehors de l'horlogerie, des portes vont également s'ouvrir pour Mimotec, notamment dans des secteurs comme l'automobile et l'aéronautique. Aujourd'hui, l'un des plus grands défis de la société, c'est de faire face au ralentissement horloger, de trouver une nouvelle clientèle et d'assurer un équilibre des affaires à travers les différents cycles des industries." En entrant dans le portefeuille d'Acrotec, pour un montant non communiqué, elle rejoint les quelque 12 entreprises et 650 collaborateurs du groupe.

 

Une révolution dans le domaine de la microproduction
L'histoire de Mimotec a commencé dans les couloirs de l'EPFL avant de déménager à Sion en 1998. Ses fondateurs, Hubert Lorenz et Nicolas Fahrni ont investi toutes leurs économies dans un procédé innovant de photolithographie: "Notre idée de base était de faire de la micromécanique d'une matière nouvelle. Non pas en essayant de miniaturiser les outils usuels dans ce secteur, mais en empruntant des machines de la microélectronique. Au lieu de faire du petit en partant du gros, nous avons inversé le cheminement pour faire du gros à partir du microscopique."

C’est l’utilisation des ultraviolets à la place des rayons X qui a révolutionné la méthode de production de pièces miniatures de haute précision. Avec une marge de seulement +/- 2 microns (deux millièmes de millimètre) et des coûts plus avantageux que les procédés traditionnels, l’entreprise s’est rapidement montrée très compétitive dans le monde horloger jusqu’à devenir un partenaire essentiel en Suisse. Ces dernières années, l’entreprise s'est diversifiée notamment dans le domaine industriel.

Par exemple avec sa filiale Sigatec, spécialisée dans la gravure de toutes petites pièces, ouvrant ainsi la voie à la personnalisation et à la traçabilité des microcomposants. Start-up puis PME et finalement rachetée par un grand groupe. Cette nouvelle étape illustre la réussite d'une entreprise qui a su innover et faire preuve de flexibilité pour adapter ses produits à ses clients nationaux et internationaux.

Régulièrement soutenue par The Ark, Mimotec a pu bénéficier de l’expérience et des conseils de spécialistes de l’innovation pour l’élaboration du business plan et la recherche de fonds. Ils ont notamment contribué à définir sa stratégie, sa ligne de produits et ses partenariats.

 

Source: PME Magazine
Lire l'article complet : PME Magazine, septembre 2017, Ghislaine Bloch

 

comments powered by Disqus
Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark