Home

14.08.2019

Communautés d’autoconsommation et digital : un atout supplémentaire pour la transition énergétique

Les regroupements de consommateurs (ou communautés d’autoconsommation) sont un nouveau modèle actif sur le marché de détail de l’électricité. Concrètement, c’est le rassemblement de plusieurs consommateurs raccordés comme un consommateur unique. Le eEnergyCenter de Sierre a étudié la question et a développé un projet digital autour de ce nouveau concept.

Une des particularités des regroupements de consommateurs réside dans le fait que le transport de l’énergie n’est plus payé. Uniquement ce que la personne consomme est facturé. Pour faire partie d’une communauté d’autoconsommation, il faut une présence, sur le site de consommation, d’une production propre d’une puissance supérieure à 10% de la capacité maximale raccordée au réseau. Il est également nécessaire que le terrain soit contigu à la propriété sur laquelle se trouve l’installation de production et qu’une liaison physique entre les différents consommateurs permette un raccordement au réseau public en un seul point. 

Grégoire Largey, responsable en innovation au eEnergyCenter de Sierre et orateur lors du 8e Event Smart Energy, identifie plusieurs publics potentiels remplissant ces conditions : les communautés classiques comme les PPE et les communautés plus complexes telles que les centres commerciaux, les zones industrielles ou encore les communautés villageoises.


Informations récoltées toutes les 15 minutes
Le eEnergyCenter est un partenaire d’innovation au service des énergéticiens dont le but est d’accélérer la transition énergétique grâce à la digitalisation. Surfant sur cette vague de nouveaux consommateurs, celui-ci a développé un produit pour la gestion des communautés d’autoconsommation. Concrètement, cela induit différentes tâches : faire les mesures, le comptage, le décompte et la facturation de la communauté. « Le plus gros challenge réside dans le fait qu’il faut développer un système informatique robuste qui soit capable de schématiser toutes ces transactions ». Les membres de la communauté ont accès à un site web ainsi qu’à une application mobile afin d’avoir une vision en temps réel de leur consommation et de leur production ainsi qu’un indicateur d’autoconsommation. Les gestionnaires de la communauté, quant à eux, ont accès à une application web qui leur permet d’avoir une vue d’ensemble d’un point de vue énergétique et financier. 

Le but de ce projet est de pouvoir récolter des informations toutes les 15 minutes afin d’effectuer pour chaque consommateur une répartition de la production locale. Pour faire fonctionner cette communauté, Grégoire Largey cite deux règles essentielles à respecter : « les consommateurs utilisent prioritairement l’énergie dont ils sont propriétaires et en son sein, une installation n’est pas privilégiée par rapport à une autre. »


Innovation du eEnergyCenter
Le eEnergyCenter ne s’arrête pas là. Afin d’être encore plus innovant, il aimerait développer un nouveau marché qui donnerait la possibilité de vendre ou d’acheter de l’énergie entre communautés de consommation. Concrètement, le responsable de la communauté, en accord avec les autres membres, décide à qui et comment vendre son surplus d’énergie. Aucune transaction n’a lieu avant la livraison de l’énergie. 

L’objectif est de maximiser l’autoconsommation inter-communauté en mettant en avant la complémentarité des profils de consommation. Le responsable de la communauté peut définir les préférences énergétiques de la communauté via une application mobile et un site web. Même si ce n’était pas forcément le but premier, il s’avère que ce projet utilise les concepts de la blockchain. En effet, les règles de clearing sont stockées de manière transparente dans le but de créer de la confiance entre les parties prenantes sans avoir recours à un intermédiaire.

Grégoire Largey met en avant le fait que ce projet va au-delà d’une simple gestion de la communauté. Le but est d’intégrer certaines actions aux architectures existantes (gestion des données énergétiques, facturation…). C’est un projet, de plus, qui contribue aux objectifs de la stratégie 2050 puisque cela permettra aux clients de consommer local.
 

La journée Smart Energy revient pour une neuvième édition le 30 août prochain et partira à la découverte du paysage énergétique norvégien. Il reste encore des places, n'attendez plus et inscrivez-vous !
 

Propos recueillis le 31 août 2018 lors de l’Event Smart Energy


 

comments powered by Disqus
Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark