Home

15.07.2019

Fixer des objectifs concrets avant de libéraliser le marché de l’électricité !

La libéralisation totale du marché de l’électricité en Suisse n’est pas la panacée et ne permettra pas de résoudre tous les maux actuels du système. Avant de libéraliser, il faut fixer les objectifs, mais également questionner la gouvernance de la branche. Sans oublier de convaincre les consommateurs et citoyens par d’autres leviers que celui du prix, qui ne sera pas essentiel. Tels sont les principaux constats issus de la table ronde proposée à fin août dernier lors de l’Event Smart Energy de Sion.
 

« Le marché ne pourra pas résoudre tous les problèmes », précise d’entrée Christian Schaffner, directeur de l’Energy Center de l’EPFZ. Le scientifique relève toutefois que le marché libéralisé donne souvent de meilleures impulsions au niveau de l’innovation. L’ouverture du marché permettra certainement davantage de souplesse. Il s’agit alors de réfléchir en amont et voir comment utiliser au mieux le potentiel d’innovation qui existe. 

Avant de libéraliser, il est nécessaire de mettre en place un nouveau design du marché de l’électricité et de ses acteurs, note Ronny Kaufmann, CEO de Swisspower, une alliance stratégique de 22 services industriels suisses. Les conditions-cadres actuelles en Suisse sont défavorables pour l’ouverture du marché, par rapport à nos voisins européens. Il faut donc les réviser, tout comme la gouvernance de la branche. Cette dernière est constituée en majorité d’entreprises étatiques. « La Suisse doit se poser la question des structures de gouvernance afin de pouvoir travailler de manière plus souple ».


L’argent ou la protection de l’environnement ? 
Pour l’infrastructure, tout est dicté à Bruxelles, tempère pour sa part Maurice Dierick, responsable réseau chez Swissgrid. Au niveau suisse, deux débats se mordent la queue : celui de libéralisation et celui de la décarbonisation. Veut-on gagner davantage d’argent ou sauver la planète ? « Les subventions faussent tout. Nous avons dans l’idée que l’on pourra toujours importer de l’énergie pas chère d’Allemagne. Cela pourrait toutefois changer avec la fermeture des dernières centrales nucléaires chez nos voisins du nord. Ce sera un problème notamment en hiver. Ainsi, l’infrastructure doit être développée, même s’il n’y a pas de décision politique au niveau de la libéralisation. 

« La libéralisation est un prérequis pour la transition énergétique », précise de son côté Paul Michellod, directeur de FMV. « On veut faire du consommateur un élément essentiel de cette transition : il n’est donc pas possible de l’intégrer s’ils sont prisonniers du système ». Reste à savoir quel est l’objectif principal de cette libéralisation : des prix plus bas, une décarbonisation du système, une protection de la production indigène ? Il s’agit de répondre à cette question avant d’ouvrir le marché. Pour Paul Michellod, l’idée d’une labellisation des produits énergétiques locaux est intéressante. Cela pourra se faire en collaboration entre les producteurs et les distributeurs.  


Des économies par énormes pour les consommateurs
« Pour une famille, la libéralisation permettrait une économie d’environ CHF 5.- par mois, dans l’hypothèse qu’une entreprise électrique attaque le marché de manière agressive avec des rabais de 20%. Le bénéfice n’est pas énorme », selon François Fellay, directeur du distributeur ESR. Le levier des prix n’est donc pas très intéressant pour convaincre les consommateurs et les citoyens. 

« Soyons proactifs et allons de l’avant. Mon espoir est qu’en Suisse, nous puissions redevenir des pionniers, avec une stratégie internationale comme pour la construction des barrages. Il y a des opportunités à saisir dans le domaine de l’innovation, par exemple au niveau du stockage à long terme », conclut Christian Schaffner. 
 

La journée Smart Energy revient pour une neuvième édition le 30 août prochain. Les inscriptions sont ouvertes sur le site de l'évènement. Ne laissez pas passer cette occasion unique !

 

Propos recueillis le 31 août 2018 lors de l’Event Smart Energy 


 

comments powered by Disqus
Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark