Home

09.07.2019

Les ressources humaines à l’ère du recrutement numérique

Pour sa 14ème édition, la Conférence TechnoArk, organisée notamment par la Fondation The Ark, a pu compter sur la présence de Laetitia Kulak, fondatrice et directrice de Global HR Talents, leader suisse en matière de digital RH. Retour sur l’intervention d’une femme engagée, pour qui l’avenir du recrutement passe par l’intégration de plateformes digitales et réseaux sociaux (Snapchat, Instagram, …), de l’intelligence artificielle ou encore des chatbot dans la stratégie RH !


Ces dernières décennies, les métiers du recrutement ont passablement évolué. Dans les années 80, la profession était essentiellement caractérisée par les chasseurs de tête. L’arrivée des années 90 symbolise une première révolution dans la gouvernance RH (GRH), avec la création de cabinets de recrutement et ainsi l’apparition de conseillers ou consultants qui effectuent un véritable « business » sur les candidats. Depuis, la profession ne cesse de changer et de se renouveler, grâce notamment à l’arrivée des JobBoards (JobUp, …) et l’avènement des plateformes digitales de recherche d’emploi, telle que LinkedIn.
A l’ère des algorithmes, de multiples chatbots et de l’intelligence artificielle, à quels enjeux les recruteurs doivent-ils faire face ? Comment aborder au mieux le recrutement 4.0 ?

Pour Laetitia Kulak, le recrutement 4.0 est déjà en marche ! A l’horizon 2025, l’intelligence artificielle aura, selon elle, remplacé différents postes dans le secteur des ressources humaines. Dès lors, évoluer, de manière à se mettre au niveau des jeunes qui arrivent sur le marché, semble nécessaire pour les acteurs de la profession. Et cela passe par différentes actions !

 
De nouvelles manières de faire 
Aujourd’hui, la marque employeur ne suffit plus pour attirer les jeunes. Le recruteur se doit d’être innovant et de rendre attractif le processus de sélection des jeunes talents. Alors que ceux-ci ne s’informent sur les entreprises presque uniquement par mobile, c’est aux recruteurs de créer des offres d’emploi au format innovant, qui s’affichent correctement sur mobile.

Aussi, les demandeurs d’emploi modernes sont friands d’approches innovantes pour les sélectionner. Laetitia Kulak argumente : parties de poker à l’entretien, serious game en ligne, demande de CV interactif avec vidéo, ce sont là de nouveaux moyens de sélection qui correspondent mieux à la nouvelle génération de travailleurs ! Alors que le recrutement via mobile connait ses débuts sur le marché, l’oratrice est catégorique : d’ici quelques années, le processus de sélection se fera uniquement via mobile. Recruteurs et candidats chateront sur des applications dédiées et leur première rencontre physique aura lieu … le premier jour de travail du nouveau collaborateur !


Des start-up qui réinventent le recrutement 
Une tendance qui s’observe actuellement est à la création de start-up qui simplifient le processus de recrutement et facilitent le contact entre les recruteurs et les jeunes qui arrivent sur le marché du travail. Bananeapp, par exemple, a développé une plateforme en ligne, où le recrutement se fait exclusivement par chat : plus de lettres de motivation, ni de CV ! « Cette jeune pousse est née à l’EPFL. C’est le Tinder de l’emploi et on est loin de la lettre manuscrite », sourit-elle en rappelant que l’avenir du recrutement, c’est le mobile.

Quant à la question de savoir si le bouche à oreille et les recommandations sont encore des outils utiles pour le processus de sélection, la réponse semble évidente. « Qui de mieux que les salariés en interne pour présenter de bons candidats ? Les recommandations internes sont à suivre, on présente toujours soit son égal, soit mieux ! », conclut Laetitia Kulak. 

Retrouvez l'enregistrement vidéo+slides de la conférence de Laetitia Kulak sur le portail de Klewel
 
Propos recueillis le 25 janvier au TechnoArk de Sierre 
 

comments powered by Disqus
Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark