Home

12.02.2019

Swiss Escape, une solution pour les nomades numériques… et les lits froids

Les stations touristiques sont confrontées, en Valais comme ailleurs, à la problématique des lits froids et des basses saisons. Pour y remédier, la start-up valaisanne Swiss Escape propose des espaces de co-working et de co-living spécialement destinés aux nomades numériques. Sa co-fondatrice Fanny Caloz était l’invitée de la dernière Conférence TechnoArk sur le travail du futur. Résumé de son intervention.

Les nomades numériques sont ces travailleurs qui peuvent sans autre travailler à distance, moyennant une bonne connexion internet. Avec l’évolution des modes de travail, cette catégorie de personnes se renforce au fil des mois. « Ces personnes se déplacent souvent et ont donc des soucis de solitude, sans parler du marché du logement, qui n’est pas très flexible », précise Fanny Caloz.

Swiss Escape permet ainsi de réunir les nomades numériques, qui sont très flexibles sur leurs dates, et les propriétaires de résidence, qui sont bien contents de remplir leurs lits froids. Cette idée a abouti l’an dernier à la création d’un espace de co-living et de co-working à Grimentz.


Le succès est au rendez-vous 
Cet espace propose trois prestations essentielles :  un espace de co-living - où chacun a une chambre, mais partage les infrastructures essentielles – une zone de co-working où le travail peut se faire en commun – et également la mise en place d’une communauté de nomades qui partagent les mêmes valeurs. « Nous organisons ainsi régulièrement des soirées business ou des activités ludiques », selon Fanny Caloz.

Le système fonctionne : une centaine de personnes ont déjà séjourné à Grimentz, pour une moyenne de trois semaines environ. Trois nouvelles propriétés sont en préparation du côté de Swiss Escape et des partenariats sont en cours de négociation avec les partenaires locaux (restaurants locaux par exemple).

« Nous sommes persuadés qu’il y a une croissance possible en Valais et en Suisse pour ce genre de prestations », conclut Fanny Caloz.  
 

Propos recueillis le 25 janvier au TechnoArk de Sierre.

 

comments powered by Disqus
Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark