Home

11.11.2019

Plus que quelques jours avant le salon Planète Santé : on vous y attend !

Il ne reste que quelques jours avant le début du salon Planète Santé. Cette année, la Fondation The Ark y participe et dispose d’un stand où seront présentées différentes innovations et technologies de santé digitale, notamment les robots humanoïdes de la start-up Avatarion. Cette interview avec Yvain Mauron, Product Manager chez Avatarion, vous en apprend davantage sur le parcours et les projets de cette jeune pousse innovante ! 
 

Fondation The Ark : Présentez-nous Avatarion en quelques mots…  
Yvain Mauron : Avatarion Technology est une start-up qui a vu le jour en 2014, sous la direction de Jean-Christophe Gostanian, avec comme projet AvatarKids. AvatarKids est un système qui permet aux enfants atteints d’une maladie grave de rester en contact avec leurs camarades de classe et leur entourage.  
Nous sommes les leaders de la robotique humanoïde et les distributeurs officiels de Pepper et Nao (ce sont les prénoms des robots qu’Avatarion développe), depuis cinq ans. Nous sommes actifs dans le domaine de la santé, mais également dans d’autres domaines et lieux, comme par exemple dans l’accueil dans les gares, les aéroports, les magasins et les hôtels. Nous avons comme but d’améliorer le quotidien de chacun et de mener nos projets jusqu’au bout, afin de satisfaire au mieux les clients. 

 

FTA : Quelles solutions présenterez-vous sur le stand de la Fondation The Ark ?  
YM : Nous avons décidé de présenter cette année deux de nos solutions principales, dans le domaine de la santé. Il s’agit de Medipep, un outil de prise en charge du patient qui permet d’évaluer les conditions de santé de celui-ci et de faire des vérifications régulières. Naosenior est un robot qui s’occupe de saluer les résidents le matin, de leur raconter des histoires ou de leur montrer leurs exercices de gymnastique quotidiens. Il sera également présenté au salon Planète Santé. 
 

FTA : La robotique d’assistance peut-elle remplacer l’accompagnement humain dans le quotidien des personnes dépendantes ?  
YM : Les robots ne remplacent pas les humains, mais les assistent et permettent au personnel en place d’avoir plus de temps et de s’occuper pleinement des tâches à forte valeur ajoutée, comme celles liées aux besoins spécifiques de chaque patient ou résident. Pendant ce temps, le robot effectue des tâches plus routinières. Il est important de souligner que tous nos projets sont réalisés avec l’aval de toutes les parties prenantes et utilisateurs finaux.
 

FTA : Comment les professionnels de santé vivent-ils la cohabitation avec les robots ?  
YM : Les professionnels de la santé sont en demande d’assistance et de soutien dans leur métier. Les robots humanoïdes, qui remplissent bien ce rôle, sont donc très appréciés. 
 

FTA : Quel regard portez-vous sur l’avenir des robots dans le domaine de la santé en général ?  
YM : Le manque de personnel et la croissance des besoins, en plus du progrès rapide des technologies (intelligence artificielle, robotique), favorisent grandement le développement de solutions basées sur la robotique humanoïde dans ce secteur. 
 

FTA : Les difficultés économiques que rencontre ce secteur pourraient-elles être favorables au développement de la robotique ?  
YM : Non, les difficultés économiques dans le domaine de la santé ne favorisent en aucun cas le développement des robots, car, encore une fois, les robots humanoïdes ne remplacent pas les humains. Ils n’agissent pas seuls, mais offrent une assistance aux humains, qui restent la priorité. 

 


 

comments powered by Disqus
Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark